La Fille de son père d’Erwan Le Duc, un film puissant, onirique et romantique

Erwann Le Duc, ancien journaliste pour le quotidien Le Monde, a complètement abandonné son ancien métier de journaliste pour se lancer complètement dans le métier de cinéaste. Après Perdrix, il vient de réaliser La Fille de son père. Pour ce second long métrage présenté en clôture de la Semaine de la critique au Festival de Cannes 2023, qui sortira sur nos écrans le 20 décembre 2023, il nous présente un film onirique, tout en tendresse et non dénué d’humour sur un couple père-fille à la fois fusionnel et émouvant.

La Fille de son père, Erwann Le Duc © Catherine Merveilleux

Erwann Le Duc confie que le confinement lui a permis de passer beaucoup de temps en famille, notamment avec sa fille. C’est, explique-t-il, ce qui lui a donné l’envie d’écrire l’histoire de La fille de son père dont l’objet est une relation père-fille intense et forte, une histoire d’amour inconditionnel entre un père et sa fille et l’emprise que l’un peut avoir sur l’autre et inversement.

Le synopsis est le suivant : Etienne a vingt ans à peine lorsqu’il tombe amoureux de Valérie, et guère plus lorsque naît leur fille Rosa. Le jour où Valérie les abandonne, Etienne choisit de ne pas en faire un drame. Etienne et Rosa se construisent une vie heureuse. Seize ans plus tard, alors que Rosa doit partir étudier à Metz et qu’il faut se séparer pour chacun vivre sa vie, le passé ressurgit.

Le film est l’histoire d’une famille bouleversée par une absence, celle d’une mère, qui très tôt abandonne père et enfant, sans que cette absence ne soit à aucun moment jugée dramatique. « Le geste de la mère qui part, qui quitte son bébé et le père de son enfant, je ne l’explique à aucun moment, c’est sa liberté. Ce n’est pas le sujet du film. Ce n’était pas cela qui m’intéressait. Ce qui m’intéressait, c’était la relation Etienne-Rosa. Etienne et Rosa vont bien quand on les découvre dans le film, ils ont fait front. Ils se sont fabriqués l’un l’autre en grandissant côte à côte. Rosa dit :« Moi, ma mère je ne l’ai jamais connue, ce n’est pas grave et ça ne me manque pas. Est-ce vrai ? Est-ce faux ? Je ne le sais pas. Mon film n’a pas pour objet leur désespoir, leur effondrement. Ce que je voulais raconter c’est comment un père et sa fille qui ont grandi ensemble réussissent à se séparer sans pour autant se perdre l’un, l’autre.»

La Fille de son père © Club Photo de Royan

«Le choix de Nahuel Pérez Biscayart s’est imposé à moi comme une évidence. Nahuel m’intéressait parce que ce n’était ni l’archétype de l’entraîneur de football, ni l’archétype du père. Nahuel est un acteur qui amène beaucoup de poésie au film.
Il y a en lui une force burlesque, un petit côté Buster Keaton. Quant à Céleste Brunnquell, je l’avais vue dans la série En thérapie et j’ai pensé qu’elle apporterait à la fois douceur et profondeur à son personnage. Le personnage de Youssef interprété par Mohammed Louridi est lui aussi très poétique et très romanesque. Il interprète avec beaucoup de profondeur et de crédibilité un adolescent qui accepte de vivre un amour romantique et «courtois» à une époque où les autres adolescents découvrent les films X avant même leur premier baiser.

Un film romantique, onirique et puissant sur la relation père-fille.
Casting : Nahuel Perez Biscayart, Céleste Brunnquell, Maud Wyler, Mohammed Louridi
Réalisation : Erwann Le Duc
Genre : comédie dramatique
Sortie : 20 décembre 2023
Distributeur : Pyramide

#pyramidefilms, #lafilledesonpere, #erwannleduc, #nahuelperezbiscayart, #festivalfilmrouyan, #cinema, #festivalcannes2023

https://www.lulu.com/fr/shop/catherine-merveilleux/woke-culture-les-paradigmes-artificiels/paperback/product-mndq7m.html?q=woke+culture+les+paradigmes&page=1&pageSize=4

L'auteur

En savoir plus sur Le Jour et La Nuit

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Plateforme de Gestion des Consentements par Real Cookie Banner